Preview : No-no-no-Notorious !

Notorious

Que dire du biopic sur la légende hip-hop Notorious B.I.G qui arrivera dans nos salles la semaine prochaine ? Et bien qu’il s’agit simplement d’un film de plus dans le genre on-prend-la-vie-d’une-star-et-on-en-fait-un-film-sans-grande-originalité. Notorious ne sort malheureusement pas du lot contrairement rappeur du même nom qui était entré avec fracas dans le game au milieu des 90’s.

La question est plutôt : Ai-je aimé le film ? Oui, je plaide coupable. Mais je viens de dire le contraire non ? Pas du tout, si ce film n’est pas mémorable, il reste un bon divertissement parlant directement à tout bon fan de hip hop qui se respecte. Et cela, pour quelques scènes-clés comme ce freestyle en pleine rue qui fait revivre une scène ayant existé (et visible ici sur Youtube). D’autres moments feront que la sauce prend comme ce premier vers posé sur le mythique Juice ou ce couplet très chaud lâché après l’amour par celle qui deviendra Lil’ Kim.

Les acteurs sont bons avec une mention spéciale à Jamal Woolard, qui fait réellement le poids pour son premier rôle au cinéma (pour l’avoir rencontré je peux vous assurer que le bonhomme est impressionnant surtout au lever du lit un lendemain de soirée. Tout doux, tout doux !). Les performances des interprètes de Lil’ Kim et Faith Evans sont également bluffantes et saisissantes de vérité. Autres qualités du film, on y voit un Biggie agissant comme un véritable salaud laissant de côté une image d’épinal récurrente dans ce genre de film. Il n’aura d’ailleurs pas le temps de se repentir vraiment comme les Ray Charles ou autre Johnny Cash tout auréolés qu’ils sont puisqu’il sera rattrapé par la grande faucheuse dans un beau final laissant penser qu’il savait que la mort était au tournant (ou au volant dans ce cas précis).

En ce qui concerne la guerre entre East et West Coast (personnellement j’étais plus Westside, y’a pas photo !), George Tillman Jr. préfère botter en touche et dénoncer le jeu médiatique à l’origine de toute l’affaire et le côté rentable de ce beef pour les deux parties, ce qui n’est pas plus mal. Le véritable intérêt restant l’évolution du jeune MC.

Côté défauts, on regrettera un montage peu original et une vision on ne peut plus édulcoré des deux producteurs du film, j’ai nommé Voletta Wallace, mère du rappeur, et P. Diddy. Ah et j’oubliais, le générique de fin français sera assuré par Rohff (« Repris de justesse ») ce qui est, disons-le franchement, un véritable scandale ! Heureusement que la bande originale est béton durant tout le reste du film.

Publicités

~ par Stephon sur 19 juin 2009.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :