Interview exclusive : Olivier Marchal s’attaque au gang des Lyonnais

Olivier Marchal interviewer par Showtime folks en juillet 2009

Showtime Folks a eu la chance de pouvoir interviewer le réalisateur et acteur Olivier Marchal. La rencontre a eu lieu pendant une chaude journée de juillet au Talon Aiguille, un sympathique restaurant du 15ème. Une boisson rafraichissante à portée de main, Olivier Marchal prend le temps de nous parler de ces travaux en cours, de ses projets à venir mais aussi du cinéma en général, de ses coups de coeur et de ses coups de gueule.

Pour ménager le suspense l’interview sera divisée en volets. Voici la première partie consacrée à l’actualité d’Olivier Marchal : série en préparation, projet imminent. Quelques scoops spécialement pour les fidèles de Showtime Folks !


Pouvez-vous nous parler de votre nouveau projet, Le gang des Lyonnais

J’ai fait le squelette avec Edgar Marie, mon co-scénariste, qui a écrit une première version (titre de travail : MOMON) pendant que je travaillais sur un autre projet (le tournage de la série Braquo). Maintenant, je vais reprendre le projet et travailler sur sa version…

Ce que je peux dire, c’est que ce sera un film de voyous, donc là je vais vraiment couper le cordon ombilical avec l’univers de la police ,  je passe de l’autre côté. Le film racontera la vie d’Edmond Vidal, le chef du gang des lyonnais. Il va aborder deux époques, les années 50 et aujourd’hui. Par contre, ce qui se passe aujourd’hui sera inventé car Vidal  est maintenant rangé des affaires.

Edgar Marie, Edmond Vidal et Olivier Marchal à Decines (Grand-Lyon)

Pour résumer, c’est l’histoire d’un grand voyou qui va être rattrapé par son passé. Par flashback, on va découvrir quelle a été sa vie. Comment il était respecté pas ses pairs dans les 60’s-70’s mais aussi et surtout par les flics. Edmond Vidal a écrit un livre sur ses mémoires qui n’a jamais été publié et il me l’a fait parvenir en me faisant comprendre que si une personne devait l’adpater il aimerait que ça soit moi. J’ai hésité pendant un an et demi. J’ai rencontré Vidal à plusieurs reprises, j’ai trouvé que c’était une personnalité très attachante. Je  me suis finalement décidé à faire ce film.

Quel est le casting ? Selon les rumeurs il y aurait Alain Delon, Nicolas Duvauchelle, Gérard Lanvin…

Oui, vous êtes bien renseigné ! Pour l’instant c’est ça. Il y a Daniel Duval, Bernard Giraudeau, mais étant donné que le scénario définitif n’est pas terminé ce sont juste des approches. C’est vrai qu’Alain Delon a rencontré Edmond Vidal, et pour moi symboliquement, il y a une cohésion dans le fait qu’Alain Delon, une légende du cinéma français, interprète Edmond Vidal, une légende du grand banditisme. Et c’est vrai que j’ai aussi pensé à Nicolas Duvauchelle pour jouer Edmond Vidal à 30 ans parce que le film comportera deux volets d’égal importance : le premier volet retracera la période 25-30 ans et, le deuxième abordera le  Vidal d’aujourd’hui à 65 ans. [ndlr : il n’y aura qu’un seul film qui abordera deux périodes]

Alain Delon

Avez- vous déjà arrêté une date de tournage ?

Cela se fera surement en été 2010. Le scénario a pris du retard parce que c’est un film difficile à écrire et j’ai besoin de 6 ou 7 mois de préparation. Mais je pense que dans le meilleur des cas, le tournage débutera en juin 2010.

Quel serait votre casting idéal pour le Gang des lyonnais, toutes époques et toutes nationalités confondues ?

(rires) Alors si je faisais le gang des Lyonnais, toutes époques et toutes nationalités confondues… Dans le rôle de Momon Vidal, il y aurait le Gene Hackman d’aujourd’hui.

Et puis on va dire un casting de dingue : Raimu, Jean Gabin, Jeff Bridges, Javier Bardem et Viggo Mortensen. Dans les filles, il y aurait Catherine Zeta-Jones et Maria Bello. J’adore cette actrice, je l’ai vu dans Lady Chance avec Alec Baldwin, qui est un immense acteur totalement sous-estimé. Il y aurait aussi John Goodman, Daniel Duval, Daniel Auteuil. Si on pouvait mettre tous ces gens là dans un film… (rires) Et j’ajouterais aussi Charles Bronson et Steve McQueen !

Olivier Marchal et Nicolas Duvauchelle sur le tournage de la série Braquo

Vous travaillez en ce moment sur une série qui sera diffusée par Canal +…

Oui, c’est une série de 8×52 minutes qui s’appelle  Braquo et qui sera diffusée à la rentrée sur Canal. J’ai écrit les 6 premiers épisodes et je réalise les 4 premiers. Frédéric Schoendoerffer réalisera les 4 autres. La série est tournée en 35 mm, format cinéma, je viens de finir le mix des quatre premiers épisodes.

Braquo est une série policière, très noire, très réaliste, qui parle de l’injustice dans le fait d’être flic aujourd’hui. C’est l’histoire d’un groupe  de policiers qui va plonger dans la criminalité suite au suicide de leur supérieur victime de fausses accusations. En voulant laver l’honneur de cet homme et blanchir sa mémoire, ce groupe va déraper et être entraîné dans une spirale de criminalité. C’est un peu la loi de Murphy, plus ces flics vont  tenter  de s’en sortir, et  plus ils vont s’enfoncer…

En quoi Braquo est différente des autres séries policières françaises ?

Je ne veux pas critiquer les autres séries. Mais déjà dans la forme, Braquo est différente, l’image est beaucoup plus léchée. On a beaucoup tourné en focale, c’est vraiment du cinéma sauf que c’est à la télévision.

Sur le fond aussi, Braquo est différente.  C’est vrai qu’avec Canal+ on peut se permettre de choquer un peu plus, d’aller  plus loin dans la noirceur ou la violence, et de bousculer un  peu les préjugés. Braquo est une série qui va assez loin dans ce qu’elle dit, ce qu’on ne peut pas toujours faire sur des chaînes hertziennes.

Jean-Hugues Anglade et Nicolas Duvauchelle dans la série Braquo

Vous savez, au cinéma, on peut se permette de raconter des histoires qu’on ne peut pas forcément raconter à la télévision puisqu’elle s’adresse à un public familial. La règle générale est donc de ménager un peu ce public. Sur Canal, on a  vraiment eu carte blanche pour aller plus loin dans le côté sombre.

Ensuite, Braquo est une aussi une série assez atypique par son look, son histoire. En toute franchise, les flics n’ont jamais été montrés comme ça à la télé. Et d’après les retours des premières projections, le public est emballé. J’en suis très content, c’est ce que je voulais faire et je crois qu’on y est arrivé…

Est-ce que votre but était de faire  une série à l’américaine  ou peut-être de vous en approcher ?

C’est vrai que  j’adore des séries américaines comme The Shield, 24 Heures, Deadwood qui  sont de vrais partis pris au niveau du scénario ou de l’esthétique. Mais de notre côté, on a plutôt essayé de faire quelque chose de plus original et non de copier les séries américaines. On n’a pas non plus voulu « pomper » The Shield qui est un chef d’œuvre pour moi. L’idée était simplement de faire du grand spectacle à la télévision.

Daniel Auteuil et Gérard Depardieu dans 36 Quai des Orfèvres

Tout autre sujet, qu’en est-il du projet de remake de 36 Quai des Orfèvres aux Etats-Unis, est-il enterré ?

C’est le grand truc des américains ça. Ils achètent, ils bloquent et ils enterrent. Je ne suis pas le seul dans ce cas-là. Ils ont même approché Gaumont pour acheter les droits de MR73.

En ce qui concerne 36, je ne m’y intéresse plus parce que cela a déjà failli se faire dix mille fois. On avait parlé de Marc Forster à la réalisation puis il y a eu Paul Haggis et Martin Campbell. Il y également eu des annonces concernant la distribution : De Niro/Pacino puis De Niro/Clooney. Donc, j’ai arrêté de suivre tout ça. Je serais très heureux que ça se fasse et même très curieux de voir ce que ça pourrait donner : aller là-bas, pouvoir assister au tournage mais je pense que le projet est gelé pour le moment.

Et concernant l’adaptation du roman de Jean-Christophe Grangé  « La ligne noire » ?

C’est ne sont que des rumeurs… On en avait parlé avec Jean-Christophe (Grangé) pour adapter « La Ligne Noire » et on s’est heurté à des discussions financières difficiles. Oui, c’’était une possibilité mais ça n’a finalement pas abouti.

Propos recueillis par Mado et Stephon (Paris – Juillet 2009)

Publicités

~ par Mado sur 19 août 2009.

12 Réponses to “Interview exclusive : Olivier Marchal s’attaque au gang des Lyonnais”

  1. Une petite précision pour éviter toute confusion concernant le film en préparation sur le Gang des Lyonnais. Olivier Marchal a bien prévu de faire un seul film qui abordera deux périodes de la vie d’Edmond Vidal, comme on peut le lire en début d’interview! Merci !

  2. JE SOUHAITERAI ETRE CONTACTE POUR JOUER EN FIGURANTE DANS LE FILM LE GANG DES LYONNAIS JE SUIS DISPONIBLE.JE NE SUIS PAS UNE DEBUTANTE. MERCI DE ME DONNER UNE REPONSE SALUTATIONS
    JOELLE.

  3. veinards ! ( faut que je pense à balancer mon interview de Beineix chez moi , au fait )

  4. quel est la production, pour le Gang des Lyonnais

  5. Bonjour, on a la suite quand de l’interview ?

  6. Quelles sont les horraires du tournage pour les figurants du film le gang des lyonnais ?

  7. je suis en colere car ma famille est concernee on nous a rien demande et le film vas tous deformer la vrais histoire je suis
    ecoeure

  8. BONJOUR,

    j’aimerais être contacter pour être figurant dans ce film car a l’époque du gang des lyonnais j’étais apprenti cuisinier au bar restaurant de le berthodiére a decines ou se réunissaient les Manouches des ILES et avec moi travaillait également la mamie Me PARDINEILLE la belle mère a monmon ou souvent je la racompagnais a sont domicile ou au camp de manouche des iles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :