‘I Love You’ Jim Carrey

I Love You Phillip Morris souffre du même syndrome que Yes Man. Film drôle, très drôle parfois. Et puis, une semaine après l’avoir vu, pas un souvenir. Nada. C’est pourtant l’un des critères les plus sûrs pour me faire un avis sur un film. Et pour Phillip Morris, ce sentiment est arrivé dès le générique de fin. On aurait espéré mieux de la part du duo à l’origine du puant (et c’est un compliment) Bad Santa.

On assiste donc à l’éternel Jim Carrey Show. Tant mieux dans un sens, car il excelle dans son genre. Le film, en revanche, n’a rien pour lui, si ce n’est la star déjantée, qui garde la tête haute et va de l’avant pendant près de deux heures. Car Jim est un grand. Et comme tout grand, il crée l’illusion, même dans un film moyen.

Il en faut aussi des films moyens remarquez, et ce ne sont pas les plus ennuyeux à regarder. Jim Carrey continue d’écrire sa légende, se forge une filmographie solide malgré tout. Et Yes Man ou I Love You… continueront de régaler les fans de l’acteur, même s’ils finissent dans le ventre mou de sa filmographie.

Pas besoin de s’étendre plus sur le film. On rit dans la première partie, puis on déchante dans la seconde. Les effets dramatiques sonnent faux pour un film aussi caricatural. Et la fresque initiée paraît bien ambitieuse (et interminable) à côté de son sujet.

On préfèrera donc se revoir Man on the moon ou Eternal Sunshine pour laver l’affront (ou un Farrelly pour rester dans la même veine).

Publicités

~ par Stephon sur 3 février 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :