Dans les rues de ‘Téhéran’

Téhéran nous plonge dans une ambiance moite. Ebrahim a quitté sa province pour faire la mendicité dans les rues de Téhéran.  Il arpente les rues de la ville avec un bébé loué, jusqu’à ce que celui-ci soit volé.

Le réalisateur Nader T. Homayoun a voulu, grâce à l’histoire d’Ebrahim, nous dresser le portrait d’une ville, avec ses ambiances et ses tensions. Il a choisi de partir d’une rumeur, des bébés seraient enlevés pour ensuite être exploités par des réseaux mafieux, pour dépeindre une société en pleine mutation.

Téhéran est un film tourné dans l’urgence et avec pas mal d’improvisations : une préparation en 20 jours et un tournage en 18. Nader T. Homayoun, qui a prétendu tourner un documentaire pour obtenir les autorisations de  tournage, explique que le Téhéran populaire, le Téhéran des bas-fonds qu’il souhaitait filmé disparaît un peu plus chaque jour.  Pas le temps de  prendre son temps donc. C’est cette urgence et cette violence qu’on ressent dans ce film, les personnages s’ (en)fuient et tentent d’échapper à leurs destins.

Téhéran est un polar énergique. Un film âpre mais aussi plein d’humour… Un film critique mais pas à charge. A voir !

Publicités

~ par Mado sur 13 avril 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :